This website requires JavaScript.

Numérique Ethique vous est utile (ou pas) ? Dites-nous tout en 5 minutes ici

Parentalité numérique
Article

My Lovely Planet : quand jouer, c’est agir pour notre planète

26.05.2022

Un petit studio français veut associer les super-pouvoirs du jeu mobile et de la blockchain pour fédérer des millions de joueurs en faveur de la planète. Clément Le Bras, son fondateur, nous raconte l’histoire de ce projet aussi ambitieux qu’innovant.

My Lovely Planet est un peu le Candy Crush des green games.

En apparence du moins, ce jeu mobile engagé, gratuit et destiné au grand public ressemble aux têtes d’affiche des app stores. Comme dans Animal Crossing, vous créez, prenez soin et personnalisez votre île paradisiaque. Et comme dans Candy Crush, vous vous divertissez, seul ou à plusieurs, avec des mini-jeux faciles et amusants entre vos trajets de bus. Mais à la grande différence de ces jeux, dans My Lovely Planet, chacune de vos actions peut avoir un impact positif réel pour la planète. En plantant un arbre sur votre île virtuelle, vous plantez vraiment un arbre dans le monde réel. Le but du jeu ? Devenir un acteur de la protection de la planète.

Le modèle économique de cette boucle de jeu vertueuse est aussi classique qu’efficace : My Lovely Planet comporte des publicités et des achats in-app. 15 % du chiffre d’affaires est reversé à des ONG engagées en faveur de la protection de la planète. Clément Le Bras, le créateur du jeu, semble s’être bien entouré : Eden Reforestation assure le volet protection des forêts, Sea Shepherd celui de la biodiversité marine et Plastic Bank le nettoyage des océans. La SPA est également de la partie. Quand je l’interroge sur la nature des publicités, Clément fait référence à Goodeed, une alternative solidaire à la réclame traditionnelle. « Comme sur Facebook, les publicités seront ciblées et personnalisées. Mais à terme, nous voulons travailler avec des régies engagées. »

Plastic crush

Le développement de My Lovely Planet a commencé à l’automne 2020.

Clément me raconte que le projet serait parti d’un double constat : « chaque année le jeu mobile rassemble des millions de joueurs et génère une quantité colossale d’argent ». En effet, les chiffres sont impressionnants : « en 2020, nous avons cumulé 5 millions d’années de temps de jeu sur mobile, soit un revenu de 70 milliards de dollars ». Pourquoi ne pas orienter cette énergie extraordinaire au profit d’une grande cause ? Moins de deux ans plus tard, la bêta privée de My Lovely Planet voit le jour. Une équipe de huit personnes, basée à Laval, au sein de la technopole régionale, travaille aujourd’hui à temps plein sur la bêta publique du jeu, prévue pour fin juin.

Tout s’est passé très vite, car Clément n’en est pas vraiment à son premier projet. En 2015, à la fin de ses études, cet ingénieur diplômé des Mines Paris co-fonde Lilo, le 1er moteur de recherche français et solidaire. En l’espace de 6 ans, Lilo a permis de reverser plus de 4 630 000 millions d’euros à des associations. L’engagement sociétal semble être le dénominateur commun des différents projets de Clément. « Tout comme Lilo, l’objectif de My Lovely Planet est de [permettre à chacun de] donner du sens à sa consommation. » Le jeune entrepreneur me rapporte que les cours de Jean-Marc Jancovici, fondateur de The Shift Project, ont beaucoup contribué à sa sensibilisation. « Ma mission à Madagascar, où j’ai été confronté à l’extrême pauvreté, a été également une expérience fondatrice. »

My Lovely Coin

Le financement du jeu s’est fait progressivement, subvention par subvention.

Au printemps 2021, Clément et son équipe lancent une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank. La campagne permet à l’équipe de lever 15 597 euros et de valider en passant la promesse du projet. Ce dernier reçoit alors le soutien de la Banque Postale et intègre #MakeitaBetterPlace, le programme de valorisation de projets à impact lancé par KKBB.

Début 2022, c’est le prix Unity for Humanity. Ce programme de subvention récompense chaque année les meilleurs jeux à impact développés sur le moteur du même nom. Une petite consécration qui valide la dimension ludique du projet, un aspect crucial pour Clément. « C’est important que My Lovely Planet soit un bon jeu, que les gens prennent du plaisir en jouant. »

Début 2022, le projet a pris un nouveau tournant : Clément et son équipe ont décidé d’intégrer la blockchain au fonctionnement de leur jeu en lançant le jeton écologique My Lovely Coin ($ MLC) sur Tezos. Un choix mûrement réfléchi selon l’ingénieur. « Je savais que la blockchain pouvait avoir un impact environnemental négatif. C’est pourquoi nous avons choisi une méthode à faible empreinte environnementale. » La preuve d’enjeu (POS), la blockchain choisie par Clément, serait en effet deux millions de fois moins polluante que la preuve de travail (POW).

Quand je l’interroge sur ses raisons, le jeune ingénieur évoque les enjeux énergétiques soulevés par la blockchain. « C’est une technologie de rupture, elle va révolutionner nos usages. Il est crucial que son développement s’oriente dans le sens de la planète. » Clément m’informe d’ailleurs que le site tldr.earth recense les NFT engagés en faveur de l’environnement.

Engagement multijoueur

Si tout va bien, My Lovely Planet devrait voir le jour cet été, mais l’aventure ne fait que commencer pour Clément et son équipe. L’ambition est grande : fédérer à travers le monde une communauté engagée en faveur de la protection de la planète.

« Nous visons 100 millions de joueurs. Cela représente environ un 1/3 des joueurs de Candy Crush. » Une telle communauté pourrait constituer un levier d’influence capable de peser dans les débats publics. « L’idée est de canaliser un maximum d’énergies pour la planète. Si demain une entreprise pétrolière décide de miner l’Antarctique, nous pourrons ainsi mobiliser rapidement des centaines de milliers de personnes. »

Depuis quelques années, le mouvement des green games démontre en effet la capacité des développeurs à s’emparer intelligemment des questions écologiques. Mais dans les faits, force est de constater que leur impact reste souvent symbolique.

Si My Lovely Planet rencontre un succès commercial, le projet de Clément pourrait ouvrir la voie à une nouvelle génération de jeux à fort impact environnemental. Et générer au passage des millions d’interactions positives pour la planète.


My Lovely Planet sera disponible gratuitement cet été sur l’Apple Store et Google Play.

Retour